Digital Publishing
iPhone iPad Android & Web

Poste ouvert : Designer d'interface iPhone/iPad et web

Bookapp.com est à la recherche d'un designer d'interface pour des projets iPhone/iPad et web.


Profil recherché

- Maîtrise de la suite Adobe
- Expérience préalable dans le domaine du design d'interface. Pratique du Wireframing
- Qualités humaines et éthique professionnelle irreprochable
- Français et anglais requis.

Envoyer vos CVs et portofolio à : contact@bookapp.com

Debut : 1er Février  2012
Fin : -
Salaire : à convenir

Type de contrat : Durée indeterminée.
Lieu : Ouchy / Lausanne

Share/Bookmark
back to index

Poste ouvert : Programmeur web HTML5

Bookapp.com est à la recherche d'un programmeur web HML5 pour plusieurs projets dans le domaine des publications digitales.

Profil recherché

- Connaissance pratique d'HTML5 et des autres techniques du web
- Intérêt pour le monde de l'édition numérique, des interfaces et du design
- Qualités humaines et éthique professionnelle irreprochable
- Français et anglais requis.

Envoyer vos CVs  à : contact@bookapp.com

Entreprise OZWE / bookapp.com : http://www.bookapp.com
Debut : 1er Février  2012
Fin : -
Salaire : à convenir

Type de contrat : Durée indeterminée.
Lieu : Ouchy / Lausanne

Share/Bookmark
back to index

Poste ouvert : Programmeur iOS iPhone/iPad

Bookapp.com est à la recherche d'un programmeur iOS iPhone/iPad pour plusieurs projets d'applications dans le domaine des publications digitales.

Profil recherché

- Connaissance approfondie d'Objective C et des techniques de programmation iPhone / iPad
- Expérience dans le développement d'interfaces multitouch
- Connaissance générale des techniques du web
- Intérêt pour le monde de l'édition numérique, des interfaces et du design
- Qualités humaines et éthique professionnelle irreprochable
- Français et anglais requis.

Envoyer vos CVs  à : contact@bookapp.com

Entreprise OZWE / bookapp.com : http://www.bookapp.com
Debut : 1er Février  2012
Fin : -
Salaire : à convenir

Type de contrat : Durée indeterminée.
Lieu : Ouchy / Lausanne

Share/Bookmark
back to index

Un best-seller suisse gratuit au format électronique

Lausanne, le 15 décembre 2011 - Tout le monde parle des eBooks, mais combien de romands lisent effectivement sur un support électronique? Pour répondre à cette question, Bookapp.com et Helvetiq s’associent pour mener une étude jusqu’au 15 janvier 2012. Ils révèleront les résultats début février 2012.

Dans le monde du livre au niveau mondial, beaucoup de chiffres circulent sur la part de marché des livres électroniques. Certains revendeurs de tablettes et même des auteurs qui s’auto-publient sans passer par les maisons d’édition parlent de lectorats très importants. D’autres avancent qu’au contraire le nombre de lecteurs est encore assez faible. Au-delà de ces spéculations sur le marché mondial, quelle est la réalité du marché suisse? Combien de romands lisent sur des tablettes ou des liseuses ?

Lors d’une rencontre à l’EPFL, Frédéric Kaplan de Bookapp.com et Hadi Barkat d’Helvetiq arrivent au constat que personne ne sait vraiment combien de romands lisent des ebook et sur quels supports. Ils décident de tenter une expérience. Durant tout le mois de décembre, Bookapp.com et Helvetiq mettent à disposition l’ouvrage “Contre-sagesses suisses - Grand Prix du Maire de Champignac” en téléchargement gratuit sur un grand nombre de plateformes comme Payot, e-readers.ch, Amazon Kindle et Apple iBookstore. Cet ouvrage est un best-seller en version imprimée qui reprend les perles de l’art oratoire romand. Combien de personnes vont-elles le télécharger au format électronique ? Quelles plateformes utiliseront-elles pour l’acquérir ?

Les résultats de cette « expérience » seront rendus publics début février 2012 et donneront une première idée de la composition de ce marché en devenir.

CONTRE-SAGESSES SUISSES
Version eBook
Disponible chez Payot, e-readers.ch, Amazon et iBookstore Illustrations à disposition
http://ebooks.helvetiq.ch

Share/Bookmark
back to index

Poste ouvert : Animateur 2D et 3D pour livres interactifs

Bookapp.com est à la recherche d'un animateur 2D et 3D à 100% pour plusieurs projets de livres pour enfants interfactifs sur iPhone et iPad. Cet animateur intégrera notre équipe de designers, d'illustrateurs et de programmeurs pour travailler sur plusieurs projets ambitieux.

Profil recherché

- Excellente connaissance de l'animation 2D et 3D et des logiciels et technologies associées. Maitrise des techniques de storyboarding.
- Intérêt pour les livres pour enfants interactifs.
- Qualités humaines et éthique professionnelle irréprochable

Envoyer vos CVs et portofolios à : contact@bookapp.com

Entreprise OZWE / bookapp.com : http://www.bookapp.com
Debut : 1er Janvier  2012
Fin : -
Salaire : à convenir

Type de contrat : Durée indeterminée.
Lieu : Ouchy / Lausanne

Share/Bookmark
back to index

Poste ouvert : Programmeur iOS pour projet d'application musicale

Bookapp.com recrute pour un projet de 6 mois éventuellement prolongeable en contrat à durée indéterminée un programmeur iOS ayant une bonne expérience du développement d'applications sur iPhone et iPad. Ce programmeur intégrera notre équipe de designers et de programmeurs pour travailler sur une application musicale ambitieuse. Un goût pour la musique et une bonne base de connaissance sur le solfège et l'édition de partitions seraient un grand atout pour ce projet.

Profil recherché

- Excellente connaissance de la programmation Objective C iOS
- Intérêt pour la musique et l'édition de partition
- Connaissance générale sur XML
- Qualités humaines et éthique professionnelle irréprochable

Envoyer vos CVs à : contact@bookapp.com

Entreprise OZWE / bookapp.com : http://www.bookapp.com

Debut : 1er Fevrier 2012
Fin : 1er Aout 2012 / prolongation possible
Salaire : à convenir
Lieu : Ouchy / Lausanne

Share/Bookmark
back to index

L'iPad catalyseur de vente / paru dans PME Magazine

L’iPad, catalyseur de ventes
Les entreprises utilisent les tablettes numériques pour stimuler leurs affaires. Certains grands groupes envisagent aussi de diffuser leurs rapports annuels par ce biais. Exemples romands.
Par Benjamin Bollmann

Avec plus de 100′000 unités vendues l’an dernier, la Suisse compte une des plus hautes densités d’iPad au monde. Et la progression continue: selon le consultant Robert Weiss, il s’en vendra 3 fois plus cette année. L’engouement spectaculaire pour les tablettes numériques gagne également rapidement le monde des entreprises. Ces interfaces tactiles accompagnent de plus en plus de vendeurs, qui les emploient pour présenter des produits, ou même des médecins, qui les utilisent pour expliquer des résultats d’examens médicaux à leurs patients.

«Un écran d’ordinateur en position verticale forme un obstacle mental entre deux personnes, relève Yves Pigneur, spécialiste des nouvelles technologies à HEC Lausanne. Une tablette, en revanche, ne perturbe pas autant et se place aisément au centre d’une conversation.»

Dans le secteur du courtage immobilier, par exemple, on a rapidement saisi les opportunités qu’offrent ces nouvelles technologies: «Nos courtiers se servent d’un iPad lorsqu’ils visitent une maison avec un acheteur potentiel», indique Carine Gauthier de Courtiers Partenaires, à Nyon. Le plus grand réseau de courtage de Suisse vient de déployer une application mobile pour ses 150 agents. «Si l ‘acheteur potentiel n’est pas satisfait, tous les biens à vendre dans la région et correspondant à des critères précis peuvent être localisés sur une carte. A l’écran, les photos des maisons sont mises en avant et complétées par des informations telles que le type de construction ou la consommation énergétique. Si une maison intéresse le client à l’écran, elle est ensuite visitée physiquement.»

Les grandes marques de montres, elles aussi, s’y mettent. Certaines vont jusqu’à investir des moyens considérables pour séduire une clientèle jeune et férue de high-tech. A l’image de Hublot qui, actuellement, équipe en iPad les vendeurs de toutes ses boutiques. L’application, qui remplace les catalogues imprimés, contient des présentations de montres ainsi qu’un éclairage sur la philosophie de l’entreprise. Le programme permet d ‘explorer les collections, de rechercher les modèles qui correspondent le mieux aux critères du client et de faciliter les démarches de commande.

Par ailleurs, Hublot met à disposition une version étoffée de cette application sur la plateforme de distribution AppStore d’Apple. Téléchargeable gratuitement, elle permet d’examiner les montres sur 360 degrés, de faire des gros plans et de déclencher virtuellement les chronomètres. Les points de vente les plus proches peuvent être localisés et les actualités vidéo de l’entreprise visionnées. Les marques des autres groupes ne sont pas en reste: Swatch, Omega, IWC, Jaeger-LeCoultre ou Audemars Piguet, pour n’en citer que quelques-unes, proposent toutes du contenu éditorial spécifique destiné à l’iPad.

La plupart de ces marques continuent toutefois de produire des versions papier de leurs catalogues. La porteparole de Jaeger-LeCoultre, Christine Giotto, explique le point de vue de l’horloger: «Pour nous, il s’agit de faire découvrir nos ouvrages de manière interactive et ludique. Notre application n’a en aucun cas la prétention de remplacer nos publications papier, telles que notre catalogue ou nos livres institutionnels.»

La tendance n’épargne pas les grands groupes suisses cotés en Bourse, tels que Nestlé, Zurich Financial Services ou Georg Fischer. Ceux-ci commencent tout juste à proposer leurs rapports annuels en version iPad aux investisseurs. «Les tablettes permettent de créer des applications tout-en-un pour la communication d’entreprise, observe Frédéric Kaplan, directeur de Bookapp.com, l’agence qui a développé l’application de Nestlé. Les rapports financiers, de développement durable et les actualités de l’entreprise peuvent désormais être regroupés et mis en page d’une manière attrayante sur une seule et même plateforme.»

Le groupe Georg Fischer fait partie des premiers à avoir déployé une version iPad de son rapport annuel ce printemps. «Nous continuons d’imprimer les rapports, note Christian Thalheimer, porte-parole du groupe. C’est encore une phase test qui nous permettra de voir comment nos quelque 15′000 actionnaires réagissent à ce nouveau format. L’avantage est clair: l’iPad permet de consulter les documents en tout temps sans devoir les transporter sur soi.» Et, à terme, de remplacer le papier et d’économiser les frais d’impression et de distribution.

Share/Bookmark
back to index

Tweetbook : autobiographie express imprimable à la demande

Presentation dans l’exposition Objet(s) numérique qui ouvre aujourd’hui au Lieu du Design à Paris, un nouveau service proposé par Bookapp.com : La production automatisée d’un « Tweetbook » en impression à la demande.

Le Tweetbook est un livre produit à partir de l’ensemble des « tweets » d’une personne sur une période donnée. Il rassemble ainsi un matériel biographique déjà produit, donnant une dimension documentaire à un flux de micro messages. Pour créer son Tweetbook l’auteur entre les identifiants de son compte Twitter sur une borne interactive. Celui-ci est ensuite produit de manière automatique.  Le livre correspondant peut-être reçu gratuitement par email ou  imprimé à la demande sous la forme d’un véritable livre, une sorte d’autobiographie express.

Dans un premier temps, ce type de Tweetbook peut apparaitre comme une représentation curieuse de nos vies numériques.  Mais ceux qui le souhaitent peuvent utiliser le dispositif de manière plus créative, en créant un compte Twitter particulier que leur servira à écrire de un Tweetbook spécifique ou en produisant le Tweetbook correspondant à des Tweets d’objets connectés.

Ce projet explore les aspects formels et fonctionnels de ce nouveau type de livres : typographie et mise en page adaptées, mise en avant des tweets les plus retweetés, index des destinataires et des hashtags, graphes montrant l’évolution du nombre de tweets mois après mois.

Share/Bookmark
back to index

Lecture sur papier vs lecture sur écran : un faux débat

Intérrogé par 20 minutes pour l'ouverture du Salon du Livre et l'organisation du Laboratoire des Nouvelles Lectures, Frédéric Kaplan explique que la lecture sur papier et la lecture sur écran ne s'opposent pas mais se complètent

«Il ne s’agit pas simplement d’opposer le papier au digital. Les deux utilisations peuvent cohabiter, chacune à son tour, en fonction du contexte. Jusqu’ici solitaire, la lecture a la possibilité de devenir communautaire. Ce qui est sûr, c’est que la lecture sur écran existe et qu’elle est déjà en train d’entrer dans nos habitudes.»

 

Share/Bookmark
back to index

Qu'est ce qu'un livre numérique ?

Frederic Kaplan est interviewé sur le site d'Orange. Il revient sur l'approche Bookapp et donne une définition de ce qu'est un livre electronique. Extrait :

Un livre numérique, c'est la description numérique d'un livre, à partir de laquelle je peux produire des versions adaptées à diverses interfaces de lectures (écrans de smartphones, tablettes, ordinateur, télévision) ou même créer un livre papier intégrant des liens ou des codes graphiques proposant des ponts avec le monde digital. Le format ePub, qui est aujourd’hui le plus utilisé, a montré la voie par sa simplicité pour décrire un hypertexte lisible sur plusieurs plateformes. Il est malheureusement trop pauvre pour décrire la mise en page des deux tiers des livres publiés aujourd'hui. L'ePub ne permet pas non plus d'explorer tout le potentiel des livres connectés, reconfigurables, personnalisables, dont la géométrie est bien plus complexe qu'un hypertexte. C'est pour cela que nous travailllons sur le format Bookapp qui permet de concevoir les livres comme des machines. Dans ce format, chaque objet (textuel, graphique, video, widget, etc.) posé sur une page est associé à un script permettant de l'animer ou de le rendre potentiellement interactif. Le principe reste simple mais ouvre d'un coup un vaste champ pour concevoir des livres-machines radicalement nouveaux ou adapter des livres existants. Comme l'ePub, c’est un format ouvert, capable de fonctionner sur plusieurs plateformes, même si aujourd'hui l'essentiel du marché se concentre sur l’iOS (iPhone/iPad).

 

Share/Bookmark
back to index

Transformer le livre en machine

Un long portrait de Frédéric Kaplan, intitulé "le roboticien qui veut transformer le livre en machine" a été publié dans BILAN. Extrait : 

"Plutôt qu’un produit haut de gamme, cher et résolument futuriste au point de ne pas toujours être compris, il propose désormais des machines très simples et abordables: des livres-machines. «Le terme est peut-être un peu fort, mais c’est bien l’idée. Ce sont des livres numérisés qui permettent de dépasser la simple expérience de la lecture avec un texte inerte. On peut sélectionner n’importe quel mot et obtenir un lien immédiat sur une encyclopédie en ligne. On peut également commenter sa lecture et rendre ses commentaires publics ou non. L’auteur peut également continuer à intervenir sur son livre et le faire connaître à ses lecteurs.» L’ingénieur sait d’autant mieux de quoi il parle que ses propres livres sont désormais disponibles sur le fameux iPad d’Apple dans la centaine d’ouvrages proposés par l’application BookApps que sa société Ozwe a développée conjointement avec le bureau lausannois de graphistes et de designers Bread & Butter. (lire la suite)"
Share/Bookmark
back to index

Le devenir machinique du livre

Invité à contribuer au débat RSLN/Microsoft sur le thême « Le livre numérique c’est pour bientôt« , Frédéric Kaplan a écrit une brève prise de position au sujet du « devenir machinique du livre ». Il poursuit également cette reflexion sur son blog.

« Les débats stériles qui opposent partisans du livre papier et les adeptes des nouvelles interfaces de lecture nous empêchent de voir la grande mutation que la technologie de Gutenberg est en train de subir : le devenir machinique du livre.

Certes, un livre papier propose déjà de manière implicite diverses formes d’interactivité : lecture immersive, feuilletage, etc. Mais en devenant « application » sur l’écran d’une tablette, d’un ordinateur ou d’un téléphone, il peut désormais intégrer la définition de son interactivité au sein de sa propre structure. Il cesse ainsi d’être un document inerte pour devenir une véritable machine. Auteurs et éditeurs, comme des ingénieurs-architectes, spécifient les chemins que le lecteur pourra prendre, les portes vers l’ »extérieur » qui lui seront proposées et sculptent de manière précise le type d’expérience de lecture qu’ils souhaitent offrir. Plus que de simples œuvres interactives, les plus audacieux d’entre eux proposent déjà des romans plus immersifs, des manuels scolaires plus didactiques, des guides de voyages plus contextuels, des livres d’érudition plus érudits, des essais enrichis par leurs lecteurs, des magazines plus divertissants. Ce n’est qu’un début.

Depuis quelques mois, des outils, des langages et des plateformes apparaissent pour concevoir, distribuer et vendre ces premiers livres-machines originaux et pour « machiniser » les publications classiques. C’est une nouvelle chaîne du livre où auteurs, éditeurs, imprimeurs, distributeurs et libraires devront réinventer leur rôle. L’année qui s’annonce promet d’être passionnante. »


Share/Bookmark
back to index

L'emission "on en parle" parle du format Bookapp

Interviewé par Jean-Olivier Pain pour l'émission "On en parle", Frédéric Kaplan explique brièvement les caractéristiques principales des formats multiplateformes ePub et Bookapp

Ecouter l'emission

Share/Bookmark
back to index

Le Laboratoire des Nouvelles Lectures

Bread & Butter et OZWE sont partenaires du "Laboratoire des Nouvelles Lectures", à la fois en tant que membre du comité de pilotage, conseillers et pour la direction artistique du projet.

Bread & Butter a entre autre réalisé le logo et la conception graphique du site web (en cours de développement).

Yves Cretegny, CEO de Lift, en explique les grandes lignes ainsi: "Le laboratoire des nouvelles lectures est une initiative lancée par le Salon du Livre et de la Presse visant à encourager l’expérimentation et l’observation des modes émergents de lecture sur supports numériques.

Le but de l’opération est de positionner le Salon de Genève comme un acteur actif dans le processus de transformation de l’industrie de l’édition induite par l’entrée des supports numériques sur le marché de la lecture.

Le laboratoire est constitué de 4 éléments qui placent le lecteur au centre: le concours d'idée ouvert aux particuliers, le laboratoire de test ouvert aux entreprises, le forum de discussion et la conférence physique qui aura lieu pendant le Salon."

Share/Bookmark
back to index

Les Bookapps à l'honneur dans "A bon entendeur"

L'émission "A bon entendeur" du 30 novembre a présenté l'approche Bookapp en racontant notemment l'histoire de l'adaptation du "Maitre de Garamond" de Anne Cuneo. Suite à l'emission, ce bookapp, déjà bien placé dans nos ventes, a été propulsé en seconde place des applications les plus vendues (cat. livres) sur l'App Store. Nous espérons que cette mise en avant médiatique contribuera a faire découvrir à un nombre croissant de personnes des qualités du format Bookapp et à découvrir d'autres titres dans ce format.

Frédéric Kaplan conclut le reportage sur une vision plus globale de cette transformation de la chaîne du livre autour d'un nouveau format de publication : « Je crois que la chaîne du livre va se recréer autour d’un nouveau format qui sera un nouveau type d'objet livre que les éditeurs seront capables de maîtriser. C’est à dire qu’ils pourront créer des livres comme ils le souhaitent, avec la mise en page qu’ils souhaitent, avec la typographie ou encore l’interactivité qu’ils souhaitent. Si on leur donne les outils pour faire ça, il y aura des diffuseurs pour amener ces livres chez des libraires. Et il y aura des logiciels que l’on pourra donner aux libraires pour qu’ils puissent créer autour de ces livres, des communautés, mettre certains livres en avant. Finalement faire leur rôle de libraire qui n’est pas le rôle de l’éditeur, de l’auteur ou du diffuseur. »

 

Share/Bookmark
back to index

Frederic Kaplan dans Le Temps : "La Suisse est un laboratoire"

Dans son long article dans le journal Le Temps du 23 octobtre intitulé "E-livres : la voie francophone", Eléonore Sulser présente l'approche Bookapp en intérogeant en particulier Francine Boucher, directrice de La Joie de Lire, qui a publié déjà plusieurs livres pour enfants dans ce format. Extrait :

"(..) c’est peut-être aussi sur l’innovation technique qu’une future offre romande en matière de livres numériques pourrait s’appuyer. Les éditions genevoises La Joie de lire en font l’expérience. Elles offrent depuis le 14 octobre, sur l’Apple Store, deux titres, dont Lala, une bande dessinée de Malika Fouchier, en format iPad et iPhone. «J’essaye de voir ce qu’on peut faire, voir ce qui a du sens», note Francine Boucher, directrice de La Joie de lire, qui se montre à la fois curieuse, prudente et pragmatique face au défi numérique. «En ce moment, je fais une expérience avec une société de Lausanne qui s’appelle Ozwe » et qui a converti ses deux titres en applications électroniques baptisées «bookapp».

Un petit pas vers le numérique, mais qui mobilise tout un savoir-faire. Aux côtés de Lala, on trouve déjà une cinquantaine de titres d’éditeurs romands transformés en application par Ozwe, dont nombre d’ouvrages tirés de la collection Le savoir suisse.

Or, explique Frédéric Kaplan, qui est à la fois directeur d’Ozwe et chercheur à l’EPFL, le ­bookapp est plus qu’un simple fichier de livre numérique, c’est une application informatique qui ouvre directement sur Internet et à l’interactivité. Plus qu’un livre, un nouvel objet de savoir informatique dont il a voulu montrer les possibilités aux éditeurs romands. «Nous espérons pouvoir bientôt fournir aux éditeurs des outils numériques qui leur permettront de faire de vrais choix éditoriaux», explique Frédéric Kaplan, qui a convaincu Bernard Campiche de tenter l’expérience. Et le premier bookapp édité par Bernard Campiche n’est autre que Le Maître de Garamond d’Anne Cuneo, épopée des débuts de l’imprimerie. A écouter Frédéric Kaplan, les temps semblent tout aussi aventureux aujourd’hui. En matière de livre du futur, «la Suisse est un laboratoire», se félicite-t-il."

Share/Bookmark
back to index

Exposé de Frédéric Kaplan sur le Futur de la Lecture au SFEM 2010

Frederic Kaplan a donné vendredi 29 Octobre à Berne un exposé au Swiss Forum for Educational Media (SFEM 2010) sur le « futur de la lecture ».  Après une courte évocation du « mauvais débat » qui oppose livre papier à la lecture sur écran, il explore certaines des « fonctions » du livre en particulier sa fonction structurante (ou " architecturante" ) et sa fonction « immersive », et la manière dont ses fonctions peuvent se retrouver ou non dans le livre numérique. Il présente à partir de quelques exemples récents (Femina HD, Le Maitre de Garamond, Lala), les progrès dans l’élaboration du format Bookapp pour la publication électronique. En conclusion, il décrit l’évolution du livre comme une ressource associée à des droits d’accès et non plus comme un objet que l’on possède évoque la manière dont la chaîne du livre pourrait se réorganiser dans les mois/années qui viennent.

Les slides de la présentation sont sur slideshare.

La video est également disponible dans les formats Quicktime et Flash

 

Share/Bookmark
back to index

Frederic Kaplan a l'emission Medialogues de la Radio Suisse Romande

Les tablettes numériques vont-elles remplacer les livres sur papier ? A la veille de la mise en vente de l'iPad en Suisse, le point sur l'évolution de nos outils de lecture.

Ecouter

Site de l'emission

Share/Bookmark
back to index